2008Osaka Imprimer
Vendredi, 20 Août 2010 14:12

Concert Eolia

Dimanche 22 juin 2008

Le cadre : parvis du parlement de Trévoux

Depuis presque un an que l'on en parle de ce concert.
La direction artistique de la Saison Eolia a eu le talent nécessaire pour faire venir à Trévoux l'orchestre d'harmonie de l'ESA d'Osaka. Cet orchestre composé de la "crème" des musiciens de cette école de musique en tournée en France et de quelques renfort lyonnais nous a fait l'honneur de son talent pour une rencontre très ensoleillé.

première partie
Nous avons le redoutable honneur de débuter le concert sous un soleil encore très haut dans un ciel bleu. Un petit vent vient nous rafraîchir (le redoutable vent du sud que les trévoltiens connaissent bien). L'orchestre est un peu inquiet de se retrouver sous cette chaleur mais la prestation est de qualité.


Deuxième partie
Les musiciens japonnais prennent place à leur tour. Ils se coiffent de jolis canotiers que nous avions au fond de nos archives. Je crois qu'ils ont appréciés.
Alors évidemment, c'est la "claque". La musique est précise, belle, puissante, variés. L'humour et la décontraction de la tromboniste Yvelise Girard font merveille et le final est enlevé et drôle. Un vrai bonheur.

un petit cadeau pour le souvenir (bise ou pas bise alors !)


et vient l'instant attendu. Les morceaux d'ensemble.



Nous n'avons pas peur d'être ridicule. La répétition de l'après midi (à l'ombre) a été un bonheur. Les partitions ont été bien travaillé par les deux orchestres et la réunion des deux n'est qu'une formalité. Les solos ont été répartis, avec soulagement pour certains (n'est-ce pas Jean-Francois).
Alors, il y a bien quelques "canards", quelques mélodies réinterprétés, mais nous donnons toute notre énergie aux boléro de Ravel qui enflamme la foule.

L'expérience sera sans doute unique dans l'histoire de l'Harmonie (ou peut-être pas finalement).

Nous n'oublierons pas le Boléro qui reste une oeuvre unique à jouer par sa longueur (ce qui n'est pas négligeable pour nous, petits musiciens amateurs) et la puissance qu'elle dégage.

Nous n'oublierons pas la magie de la musique et son langage universel. Nul besoin de long discours pour parler la même "langue". Celle de la musique

Nous n'oublierons pas ces jeunes musiciens japonais. Nous attendions un grand orchestre, nous avons reçu à Trévoux un très grand orchestre.

Merci à Eolia et Eric Planté pour ce cadeau, en attendant le prochain (elle est quand déjà la masterclass de clarinette ??)

 

PS : merci de constater combien une simple banderole améliore considérablement la communication et la visibilité......