vous êtes ici : Home Fête

ACTU

PORTES OUVERTES : 27 06 18 
de 14h à 18h
 
Atelier pour l'Intégration des DYS et des
Malvoyants : plus d'infos ICI
        
 

Contact

3, place de la Passerelle 01600 Trévoux
tel : 04 74 00 06 17
Mobile : 07 81 13 88 15
 
 
 
 

HelloAsso

Faire un don

Fête PDF Imprimer
Mardi, 03 Août 2010 14:14

Jours de fête (Suiv.)

Qu'il existe ou non une musique militaire en garnison, le concours de la fanfare est requis pour les cérémonies patriotiques. La population peut les admirer défilant de concert lors de la retraite hebdomadaire des régiments et approuver le rythme imprimé aux revues mensuelles des pompes à incendies.

L'harmonie est dépêchée pour accueillir à sa descente de train la personnalité en visite et la ramener en musique à l'hôtel de ville. Reconnaissante aux autorités de l'encourager, elle leur donne l'aubade le ler janvier et participe aux concerts d'hiver organisés en l'honneur des membres honoraires de la société musicale. Elle demeure longtemps la seule sonorisation possible des évènements auxquels on attend donner quelque pompe : inauguration de rues, de monuments, de foires...

Si cette participation à la vie de la cité l'autorise à recourir à la bourse publique, la fanfare ou l'harmonie entend jouer un rôle pédagogique et moral : intéresser l'ouvrier et le petit boutiquier à la grande musique. Les concerts gratuits organisés, presque chaque dimanche de mai à octobre, sur les places publiques ou au kiosque permettent de diffuser des ouvertures d'opéras mais aussi les créations personnelles du chef de musique.

Pour faire parler d'elle dans L'Orphéon et pour rivaliser avec d'autres, la fanfare ou l'harmonie qui sait pouvoir compter sur de généreux souscripteurs n'hésite pas à organiser un festival ou un concours auquel viendront une centaine de sociétés du grand Nord-Est et parfois de pays limitrophes. 

Au début du XXe siècle, la fanfare ou l'harmonie est aussi conviée à accompagner et célébrer les exploits sportifs des sociétés de gymnastique en plein essor, si elles n'ont pas formé elles-mêmes leur propre section musicale. Cette diversification des interventions se fait également sentir dans la multiplication des concerts et bals de bienfaisance.

L'année musicale se clôt généralement par la messe de la Sainte-Cécile, patronne des musiciens (22 novembre). Les musiciens poursuivent cependant inlassablement leurs répétitions, bercés par l'espoir d'une meilleure place au concours de l'année suivante...